Un roman initiatique dont le héros fait des rencontres extraordinaires en Bolivie et au Pérou

Publié le par Robert-Regor Charles Mougeot

 

machu6.jpg
Le Labyrinthe du Caméléon  "
,

un roman initiatique paru aux éditions du Cosmogone,
septembre 2013.

 

 

  

 

 

 Broché, 274 p. 4 illustrations couleur et quelques noir et blanc. 22€, je prends en charge les frais d'envoie. Les commandes peuvent être regroupées éventuellement. 

Vous devriez pouvoir le commander également en librairie, ou chez l'éditeur : Editions du Cosmogone, à Lyon.

 

  luna1.jpg

 

A offrir aussi à vos amis....

Chèque libellé à
R. Mougeot, 11 avenue des Oiseaux,
91220 Brétigny-sur-Orge

 

 

Introduction 
  

« Le Seigneur entra dans la teinturerie de Lévi.
Il prit soixante-douze couleurs et les jeta dans le chaudron.
Il les retira toutes blanches et dit :

“C’est ainsi que le Fils de l’Homme est venu comme teinturier”. »
 
Evangile selon Philippe
.

 
 

Le caméléon, qui ne le sait ! se camoufle en prenant la coloration du milieu où il vit. Qui peut distinguer ce qu’il est par lui-même ? Est-il branche ? Il en a pris la coloration. Feuille ? Il est teint à sa ressemblance. Mais quand est-il lui-même ?

 

Dans ce roman, au vrai sens du mot, puisque le héros en est l'humain, l’Homme - celui qui aime manifester -, les différentes stances retracent des existences terrestres, avec leurs colorations, mais en lien avec les précédentes et les suivantes ; d’existence en existence, les êtres se retrouvent et se croisent sans se reconnaître le plus souvent, jusqu’au temps venu où cette vérité sans cesse refusée les percute. Ils se reconnaissent alors, la Conscience sait qu’il n’y a rien d’autre que Soi et le temps cesse d’être ce qu’il paraît. L’âme humaine, préexistant de toute éternité, s’incarne dans la matière lourde pour se connaître minéral, se connaître végétal, se connaître animal et, acquérant ensuite l’intuition en place de l’instinct, accède à l’humanité en quittant l’âme

groupe pour s’individualiser.

 

Elle n’aurait pas dû se couper pour autant de ce qu’elle fut, de la Source transcendante Originelle et s’isoler du cosmos, mais l’erreur étant faite, il lui faut en assumer les conséquences. Venue sur terre par naissance matricielle, l’âme magnétisée par la Terre, prenant forme, découvre à chaque fois un nouveau conditionnement et doit apprendre à se conduire à l’image de son créateur, son Soi essentiel qui, à travers cette véhiculation terrestre, s’enrichit de l’Expérience vécue pour acquérir la toute Conscience. Cela exige le plus souvent de multiples réincarnations qui constituent une Unité de Vie pleinement aboutie. Chaque fois, c’est une nouvelle impasse à explorer dans le labyrinthe et elle en épouse toutes les colorations, les soixante-douze couleurs de la teinturerie de Lévi.

Ainsi en est-il du Soi qui prend véhiculation terrestre en temps et lieu donnés… Quelle intelligence extraordinaire que celle qui produit ainsi de multiples apparences sans pour autant cesser d’être Soi-même ! Est-ce un camouflage seulement ? S’agit-il d’explorer l’une ou l’autre des possibilités que procure cette matière dense qui ne demande qu’à s’affiner en prenant conscience d’elle-même ? Ô paradoxe ! Un camouflage pour mieux découvrir son authenticité, sa singularité ! Qui connaît qui ?

Toute destinée, toute existence, est une infime part du temps, mais toutes ensemble, elles le remplissent. Après chaque restitution de son corps à la matière, l’esprit, emportant les acquis de sa conscience, s’envole pour ce voyage de l’âme qui aboutit à une nouvelle naissance matricielle, choisie en conscience, pour, en terminale de trajectoire, se parfaire jusqu’àau le Saut dans l’In-connu…

Mais au sortir de ce  Labyrinthe du Caméléon, la conscience de l’Humain, enfin, aboutit à son terme ; elle aura traversé toutes les expériences possibles, aura acquis sa totale maturité, sa Totalité d’Expérience, et pourra vivre la Vie au-delà du temps cyclique de la planète Terre. Les soixante-douze couleurs sortant de ce chaudron qu’est le temps, les soixante-douze vies du caméléon, sont devenues blanches…

 

  ouros1.jpg

 

glycon.jpg 

Commenter cet article